FH

Le parti socialiste ne travaille plus depuis 30 ans

texte publié le 17-06-2016

Je viens de recevoir une invitation à l'université d'été du parti socialiste fin août.

J'hésite.


Le parti socialiste de 2016 est-il seulement capable de définir un projet? Non.

Le parti socialiste d'aujourd'hui passe son temps à se demander qui de Manuel Valls ou d'Emmanuel Macron, incarne le mieux un avenir démocrate. Ou qui de Arnaud Montebourg ou de Benoit Hamon représente le mieux la tradition imaginaire du parti. Ou si Martine Aubry est une valeur refuge. Ou si il faut miser sur François Hollande en 2017, parce que in fine, ça arrange tout le monde, croyant que ces cinq années d'opposition suffiront à préparer 2022.

Depuis le congrès de Rennes, en 1989, le parti socialiste a perdu son temps à s'étriper, se structurant en courants vides de sens, à coups de motions stériles puis finalement anesthésiées dans de grandes synthèses sans sens, mais laissant flotter une littérature repère pour appareils déconnectés. Puis ce fut le congrès Reims... Tout cela pour reconquérir le pouvoir en 2012 par rejet de la droite.

Triste. Je suis triste. Et fatigué.

Le PS ne pense plus. Je me souviens, après ce terrible 21 avril, qui devait nous faire réagir, avoir eu en charge la constitution d'une équipe de veille, pour repérer les études et analyses qui devaient nous ouvrir à plus de réalité. Fulgurant succès de ce travail, certes intellectuel - est-ce une faute? - mais qui nous avait coûté le succès promis de 2002. Oui, car dès 1999, Eric Maurin ne mettait-il pas en garde le pouvoir socialiste, dans une note à la Fondation Saint-Simon, proche du PS, contre la montée du travail dans la pauvreté? Le Cerc n'a-t-il pas lui aussi publié, en 2000, sous la présidence de Jacques Delors, ces analyses? Le projet de veille politIque enregistra un beau succès enthousiaste de militants qui ne voulaient plus vivre un 21 avril. Las... Trop de succès inquiéta un secrétariat national du PS paranoïaque qui ferma la boutique. 80 militants intellos avides de contribuer sont par essence des gens dangereux.

Cela fait trente ans que le PS ne travaille plus. Faute de projet, la gauche est arrivée au pouvoir en 2012 sans projet, sans stratégie... sans politique. De quoi revigorer les démons pseudo-révolutionnaires de la gauche qui se préfère en opposante plutôt que les mains dans le cambouis des responsabilité et des compromis. Et le populisme de gauche sait alors être séduisant pour cette frange de l'électorat forcément déçue.

Si l'exécutif d'aujourd'hui est prise dans la folie politique, il le doit à lui-même: faute d'avoir donné un sens à son action, la contestation de tout, sous un mot d'ordre populiste de gauche allant jusqu'à l'ignoble "tout le monde déteste la police" met en péril mortel le socialisme...

Tout est à refaire.

5 commentaires

billet tout à fait juste. Il faut reconstruire cette maison

gm - 18/06/2016 06:50

N'y allez pas ... Il n'y a plus rien a tirer d'un parti rassis qui n'est plus capable de penser ni de défendre les valeurs de la République.

Marie Pascale - 19/06/2016 10:21

Je n'irais pas! Même si j'ai aussi reçu une invitation. Pourtant j'ai quitté le Parti après 40 ans de cotisation en 1974. Les permanents et autres oligarques sont des salariés du Parti socialiste. Les adhérents et militants sont donc leurs employeurs. On devrait leur appliquer le projet de loi dit "travail"
avant qu'il soit mis en oeuvre....
J'ai passé de belles années comme animateur d'un GSE avec des camarades formidables du temps ou on pouvait s'appeler camarade.
Salut et Fraternité

Jean Paul Dorier - 19/06/2016 18:33

Avez-vous vu en Italie la nouvelle maire de Rome? Equivalent Nouvelle Donne et Podémos...
La propention à sonder pour fonder le projet commun il est là l'avenir des partis, on ne peut plus se contenter de la figure d'un chef, il faut du fond, du sens....
Pour ce qui est du PS, j'aime beaucoup Anne Hidalgo, la maire de Paris, je pense qu'elle a la taille, la prestence, le charisme, et la ferveur pour endosser la fonction et c'est une femme de poigne.

Caroline - 28/06/2016 21:57

Jospin a fait de belles choses, mais à mon sens a mené une campagne déplorable et très mou du genoux en communication....
A l'encontre Hollande et son gouvernement c'est de la com de guerre depuis le début et j'avoue au bout d'un moment c'est épuisant à écouter...
Du coup il nous faudrait vraiment un compromis : Yes we can!

- 29/06/2016 01:13

> ajoutez votre commentaire

© 2010-2017 - François Hada