FH

Brexit or not brexit, aucune importance, c'est à nous de faire l'Europe

texte publié le 17-06-2016

Quelle Europe voulons-nous? C'est la seule question qui compte, c'est la question que se sont posée il y a soixante ans la France et l'Allemagne, pour mettre un terme à des siècles de guerres, ayant coûté des millions de morts et de dégâts titanesques, notamment au XXe siècle. Le projet européen devait faire émerger une entité politique qui interdirai tout nouveau conflit et musclerait l'Europe face aux pressions russes.


Force est de constater que les responsables politiques d'aujourd'hui n'ont ni la vision ni la volonté de leurs prédécesseurs.

A-t-on vraiment besoin des Anglais? Qu'ils s'en aillent... Ou s'ils restent, que ce soit pour faire de l'Europe une terre politique. Si les Anglais partent, cela nous coûtera cher. Alors que s'ils restent, cela nous coûtera cher. Il faut reprendre le projet là où nous l'avons laissé en 1973, lorsque l'Europe est devenue une communauté purement marchande...

Ne pas repartir de l'avant, avec ou sans les Britanniques, c'est reculer et à terme disparaître. L'Union Européenne a un coeur fédéral inachevé et donc fragile : l'Euro, monnaie unique qui est gérée (plutôt bien) par une autorité indépendante de tout pouvoir démocratique, la Banque Centrale Européenne. Mais il n'y a pas de monnaie durable sans État qui détienne le pouvoir monétaire, mais aussi le pouvoir budgétaire et le pouvoir fiscal, sous contrôle d'un Parlement.

La France, l'Allemagne, l'Italie, le Benelux, et autres pays volontaires, devraient se lancer dans cette nouvelle étape, l'unification politique... Avant même de brandir l'idée de grands travaux pour relancer l'idée européenne: il est temps de passer à autre chose. Il n'y a pas de grands travaux européens qui vaillent sans l'armature d'un État fédéral européen. L'Europe ne discutera pas d'égal à égal avec la Russie, la Chine et les Etats-Unis sans ces institutions. Le coeur du projet européen n'intéresse pas et ne concerne pas les partisans ou les adversaires du Brexit.

Seul un État européen constitué peut traiter efficacement la question de l'espace de Schengen. Seul un État européen constitué peut traiter efficacement la question du contrôle de ses frontières. Seule une Europe unie autour d'un État européen pourra prospérer dans le monde que nous offrons à nos enfants. C'est aux pays fondateurs de l'Union européenne de reprendre l'initiative. Ce n'est pas l'Europe des marchands que nous voulons. Nous voulons l'Europe de la paix.

3 commentaires

A mon sens il faut renouer au préalable avec un idéal Européen.
Fédérer oui, mais autour de quoi.... Quel sens donne-t-on à tout ça?
L'union Européenne n'est pas qu'une union économique à mon sens ou de défense, elle doit avoir une identité véritable qui lie les peuples autour des échanges et pas uniquement économique si nous voulons une véritable union des peuples et une cohésion dynamique.
L'Europe Fédérée doit s'inscrire dans une constitution mettant à jour ses principes éthiques, ses droits fondamentaux et ses obligations à l'égard de ses peuples.
Elle doit aussi mettre à jour son histoire, ses fondements, ses idéaux.
Le libre échange, la culture...
C'est à mon sens ce qui permettra l'union des fédérés.
Elle doit être au coeur d'un projet, un projet implicite de paix, et un projet de vision du futur en plaçant l'homme et son environnement au coeur de ce projet.
Elle doit harmoniser les peuples et les souder autour de projets et de causes communes.

Caroline - 28/06/2016 21:51

L'Europe, avant d'être une Union Economique et de maintient de la paix d'après guerre, a été surtout consenti par l'esprit des Lumières pour luter contre l'obscurantisme....
Le Français est d'ailleurs la langue qui a remplacé le latin pour diffuser la connaissance et la culture partout en Europe.
#Echange #Culture

Caroline - 11/08/2016 21:51

Sans l'Europe, pas de Lumières. Sans les Lumières, pas d'Europe.
http://expositions.bnf.fr/lumieres/arret/01.htm

- 11/08/2016 22:00

> ajoutez votre commentaire

© 2010-2017 - François Hada