FH

Zénon et ses carnets débats

texte publié le 03-12-2016

Il manque aujourd'hui à la France un projet, un projet qui permette à chaque individu de se projeter vers l'avenir. Le constat est simple: la compréhension et l'analyse de la société française sont superficielles ; les demandes sont fragmentées ; l'offre politique est faible. 

Et la défaillance observée en matière de compétences politiques, techniques, met l'avenir de la France en danger...



Rejoignez le laboratoire de Xénon 

Si nous voulons rétablir la confiance dans l'avenir, nous devons engager une réflexion et des actions pour faire renaître le débat politique, la démocratie. Notre objectif est de refaire de la société un acteur politique à part entière. Cela suppose d'entendre la France. Il faut pour cela faire vivre le débat pour entendre les mouvements de la société. Cela suppose de redonner la parole aux citoyens, partout en France, de lancer des débats de fond, invitant à réfléchir au long terme : quel est l'avenir du monde ? Quel est notre avenir ? Quel avenir voulons-nous ?

Cela suppose d'entendre et d'écouter les gens

Cela suppose donc de donner sincèrement et sans arrière pensée la parole à ceux qui souhaitent la prendre, de lancer des débats de fond, invitant à réfléchir au long terme, horizon que notre classe politique se montre peu encline à appréhender

Cela suppose de se doter de moyens d'analyse des décisions et projets politiques ou administratifs pris en notre nom, de soumettre ces analyses à la critique citoyenne, d'éclairer ces éléments par la connaissance et non pas par l'immédiate émotion, et d'élaborer des contre-propositions lorsque nécessaire.

Cela suppose aussi d'organiser partout où cela est possible des réunions pour faire vivre le débat, faire entendre la parole citoyenne, l'exigence citoyenne, éclairer et analyser les décisions prises par les institutionnels.

Ainsi,

Considérant que les partis et autres instances politiques ne font pas leur travail d'écoute de la société et de conception d'offres politiques éclairées;

Considérant que les partis et autres instances politiques, voire parfois l'administration, n'offrent que trop rarement de réponses adaptées aux besoins de la société;

Nous, Zénon, 

décidons d'occuper cet espace, d'exercer ces fonctions et de remplir ces missions aux côtés de tous ceux qui, comme nous, le souhaitent;

décidons d'assumer la responsabilité d'analyser et de compléter les décisions prises par les institutions politiques et administratives,  et de formuler des propositions concurrentes si nécessaire ;

entendons mener les actions visant aux prises de conscience et aux mobilisations appropriées par des moyens démocratiques pour que s'exerce un pouvoir politique conforme à l'évolution, aux changements et aux aspirations de la société ;

invitons à inverser les rapports de force pour s'assurer que les politiques menées répondent aux besoins de la société, dans la recherche du compromis, voire du consensus, dans le cadre de processus transparents ;

allons oeuvrer sans relâche, pour que la transformation politique conduise à « l'âge d'or de la démocratie », celui de l'individu émancipé.

Nous avons organisé depuis septembre 2016 des dîners ou réunions d'une dizaine de citoyennes et citoyens environ à chaque fois (pas davantage pour que chaque participant dispose d'un vrai temps de parole), pour débattre de sujets de fond, éclairer des décisions ou projets, réunir ces témoignages et propositions dans des carnets qui serviront de base à l'élaboration d'un projet collectif. Nous réunirons régulièrement et multiplierons ces cercles pour que vive et se développe le débat démocratique.

Nous publierons en décembre 2016 ou janvier 2017 les carnets débats de Xénon, cahiers de doléances du XXIème siècle, avant de proposer les premiers éléments d'un projet politique que nous remettrons au débat...

Rejoignez Zénon...


9 commentaires

Bonjour François,

Pourquoi ne pas interviewer ou débattre avec des chercheurs de matières différentes, spécialistes de leurs sujets pour voir ce que disent des études qu'ils ont menées?
Sur l'écologie, le social, le droit etc

Caroline - 05/12/2016 12:22

Est ce que le fait de se présenter quand on sait qu on ne sera jamais élu ne peut il pas servir à faire entendre la démarche et des projets pour que la gauche en tienne compte....? Je suis aussi assez d avis pour que le projet soit commun à toute la gauche et que le plus fervent le plus annonciateur le plus portant le plus optimiste le plus vecteur d euphorie représentant de ce projet le porte candidat en sa personne....pourquoi en plus des primaires ne pas faire un système de vote des propositions par internet par exemple ouvert sur un mois ou chacun des citoyens par son vote serait acteur du projet ? Celà à mon sens remobiliserait le sens démocratique, responsable et aussi l'intérêt des citoyens pour la "vie de la cité"...par exemple sous forme de propositions multiples sur des thèmes travaillés : préférez-vous telle telle ou telle en matière de politique écologique...etc.avec toutes les propositions de chaque parti de gauche....ça n'est qu'une suggestion perdue au milieu de tous les possibles, je ne sais pas si c'est applicable, bête ou non mais j'avais très envie de vous la faire depuis un moment....un moyen de sonder aussi les désirs et de remobiliser même dans le cas particulier d'un individu et de faire entendre toute la gauche...et même en une seule primaire et avec un électorat mobilisé votant en connaissance de cause

Christophe Martin - 05/12/2016 20:21

Et aussi de la légitimité des élus au gouvernement en fonction de l'adhésion des citoyens aux propositions....

- 05/12/2016 20:31

Et une assise légitimé auprès des medias, et la fin des coups bas politicards

- 05/12/2016 20:35

Perso j'ai très envie de participer à l'activité politique par exemple, mais l'image folklorique désabusée que nous renvoie les medias, mais aussi le comportement des politiques infantiles ne me donnent absolument pas envie de m'encarter. Et jusqu'à présent, il faut s'encarter pour participer....L'alternative ci-dessus m'irait très bien.
Une deuxième raison, je considère que ça n'est pas à moi de fonder un projet, des gens sont payés et grassement pour ça...
Par contre avoir un droit de regard, voir pouvoir voter et participer, voir déguster le plat servi me plairait bien. Bonne soirée.

Caroline - 05/12/2016 20:59

Je serais d'avis que François Hollande se représente car c'est un bon président finalement, mais qu'on ne lui laisse pas choisir son gouvernement, car là dessus il a été un peu catastrophe à mon sens.
Ou alors ok mais que le gouvernement soit présenté avant la présidentielle, et pas découvert comme un mauvais cadeau qu'on fait à Noël.

- 05/12/2016 21:12

Finalement, le sens du compromis, voir le compromis de compromission, c'est la personnalité souple de Hollande...mais est-ce le désir des Français? Le fait de faire des compromis est-il compatible avec la fermeté avec laquelle on doit porter un projet, l'ammener au bout, le mettre en action...
Le compromis est très bon dans la direction d'une équipe, l'est-il pour autant dans celle d'un pays qui a des projets?
Rendez-vous compte de tout ce qu'une seule personnalité peut projeter sur son peuple....et l'amener à faire.
Moi je pense qu'à la direction d'une entreprise par exemple une main de fer dans un gant de velour est absolument nécessaire.

Ali - 05/12/2016 22:02

Moi, c'est Gertrude, citoyenne lambda, j'habite en Lorraine, j'ai sondé toute la Lorraine, et on veut tous un distributeur de billets et ne plus travailler. Un toit, à manger, et aller à la piscine entre copines tous les mercredi et du soleil tous les jours....La politique, pourquoi faire?

Gertrude. - 05/12/2016 23:14

Un boulot colossale vous attend, ambitieux et courageux vous êtes...Bravo.
Admirativement.

Christophe Martin - 06/12/2016 00:55

> ajoutez votre commentaire

© 2010-2017 - François Hada