FH

Le travail et l'égalité d'accès à la réussite

texte publié le 31-01-2017

Le travail est le plus puissant vecteur d'intégration sociale. Le travail est le plus puissant instrument de cohésion sociale, cette adhésion de chacun au projet collectif.

Et s'il est un projet collectif, c'est que chacun accède à la réussite de ce qu'il entreprend.

Seuls celles et ceux qui n'ont plus les moyens de travailler devraient bénéficier de ressources venant de la société. Cela vaut pour les personnes à la retraite ou sont "loin" du marché du travail. Cela s'appelle la solidarité.

Je voudrais juste que la société soit plus accueillante pour les jeunes, pour celles et ceux qui cherchent du travail ou veulent entreprendre. Je voudrais que l'on sorte de la rente. Je veux l'égalité d'accès à la réussite pour toutes et tous, pourvu que chacune et chacun s'engagent dans son ou ses projets...

7 commentaires

Allez, chouette, pour une fois, je suis la Première ! :)

J'adhère à tout ce que tu as écrit ... le travail est le lieu où l'on se construit en soi et par les autres, où l'on s'engage, où l'on donne, où l'on contribue au devenir de la communauté tout en y trouvant sa place, son rôle, sa reconnaissance ...

N. BIGRE - 31/01/2017 19:17

C'est le volume d'heures global travaillées qui détermine entre autres la croissance potentielle d'une économie.
La durée du travail (durée légale et effective) est variable dans le temps et dans l'espace.
A des effectifs identiques d'actifs peuvent correspondre des volumes d'emploi très différents, selon les normes sociales et légales de la durée du travail ou la fréquence.
Le taux d'activité des femmes s'établit autour de 65% en France, 50% en Italie, 77 % au Danemark, mais la proportion des temps partiels au Danemark est largement supérieur à la France.
Par ailleurs, le modèle de croissance dominant dans les pays développés est celui d'une croissance intensive fondée non plus sur le quantitatif de main d'oeuvre mais sur l'efficacité des facteurs de productions (ouvriers)
La relation croissance/emploi doit donc s'analyser en fonction de l'intensité de ces gains de productivité.
On notera donc qu'il ne sert absolument à rien d'accroitre le temps de travail en période de crise, si l'on veut répartir équitablement les possibilités d'emploi mais bien au contraire.


Le phénomène de "flexion" fait aussi qu'en période haute de chômage les personnes ont moins tendance à postuler, certains attendent une baisse pour envoyer une candidature.

La relation croissance/emploi/productivité est complexe : on peut dégager une relation synthétique : l'emploi ne peut progresser que si la croissance de la production est supérieure à la croissance de la productivité....

Le "capital" humain, le facteur travailleur, est le résultat de procédures d"'investissement" réalisé au cours de la vie : éducation, formation professionnelle au cours de la vie active, les échanges spontanés dans le milieu professionnel, l'expérience accumulée, l'état de santé.

Sur le plan macroéconomique, la banque mondiale souligne dans les rapports l'importance de cet investissement humain comme condition nécessaire à la croissance car la capacité de travail des actifs y est en effet directement conditionnée...mais enfin comment comparer le cheval des écuries birmane au cheval qui laboure et chariotte le fumier?

Dans un contexte où la question environnementale est de plus en plus contraignante, la recherche d'une croissance économe en capital technique et en matières premières devient une exigence.
La diffusion du savoir dans le corps social, sous ses formes les plus diverses, est une condition de la croissance future, en même temps qu'elle représente un progrès sur le plan social et économique.
Bonne journée.

- 17/02/2017 07:23

Perso, niveau cohésion sociale, je préférais l'avoir dans des clubs consacré à mes loisirs, à la culture, au partage donc, au sport...etc...qu'au travail.

- 17/02/2017 07:31

Désolée, mais je viens de décrocher le dernier CDI disponible...

- 05/03/2017 18:24

Juste une précision qui me parait utile...en dessous de 25 ans il n'existe aucune aide sociale possible, si ce n'est une faible allocation d'aide au logement...il n'existe pas de rente pour jeunes...c'est soit les études (papa-maman-bourse), soit le travail, soit pour le pire la rue...

- 06/03/2017 05:40

Et la valeur créative d'une société...on en parle? ou c'est tabou et continue à jouer la police d'état en faisant de la nécessité "travail" une condition pour vivre ou sein des troupeaux de moutons? https://fr.wikipedia.org/wiki/Cr%C3%A9ativit%C3%A9

- 18/04/2017 19:09

50 000 euros de sondage pour la coupe de Valls, et savoir quel regard le peuple Français porte sur sa nouvelle coupe si ça c'est représentatif du peuple, je me coupe un bras.

- 18/04/2017 19:11

> ajoutez votre commentaire

© 2010-2017 - François Hada