FH

Gangs of Dijon

texte publié le 16-06-2020

Dijon. Scènes incroyables de centaines de Tchétchènes, armés, venus des quatre coins de France, déterminés à venger « l'un des leurs » agressé il y a peu. Cette rixe filmée fait impression et a été relayée sur les réseaux sociaux, avec interview à la clef d'un des Tchétchènes : « les hommes c'est nous les Tchétchènes ». Du haut vol.


Une voiture fonce dans cette foule agressive, se rate et percute un poteau. On entend même « Allouah Akbar » quand la voiture part en tonneaux. Un bar à chicha est saccagé. Et la police n'intervient pas la deuxième soirée (les Tchétchènes sont revenus sans armes) « faute de délit observé et pour ne pas envenimer la situation ».

On croit rêver. Gangs of New York à Dijon.

Que l'on m'explique : un jeune Tchétchène se fait molester. La « communauté » tchétchène lance un appel à vengeance. Les hordes expliquent aux forces de l'ordre qu'elles ne veulent pas détruire la ville mais juste faire justice. Le Raid met quatre jours à se déployer. Les forces de l'ordre n'interviennent pas sur ordre pour une raison que l'on ignore si ce n'est « ne pas envenimer » la situation.

Mais enfin... dimanche le PR disait que sans ordre républicain, il n'y a ni sécurité ni liberté. Pendant ce temps (les rixes ont commencé vendredi), l'ordre républicain est mis de côté à Dijon. Fou. Inadmissible. La République ne peut pas laisser passer cela.

© 2010-2020 - François Hada