FH

Carnets d'Orient - vendredi 26 juin 2020 : le douanier Hun

texte publié le 26-06-2020

Chapitre précédent 

Jean Dulindur, assassin en herbe, partit sur le champ aux champs. Ayant pignon sur rue, son chemin n'en était que plus hallucinant. Enchanté par le thé, il prit la direction l'Orient.

« Enfin seul » se dit-il, l'âme en peine. Perdu dans ses pensées, Jean Dulindur gagnait l'est et par conséquent remontait fort logiquement le temps.

Arrivé à la frontière mosellane, il rencontra un douanier Hun. 

Le Hun l'arrêta: « Hum... vos papiers! »

« Je ne vais pas à pieds, je continue en bus. »

« Qu'est-ce que vous voulez que ça me fasse? »

« Rien. Je disais ça pour compter. »

« Ne me dites pas que vous voulez que je vous coffre! »

« Ah non. Ce serait trop fort »

« Comme le café, quoi. »

« Vous avez tort et êtes fier, vous me plaisez. »

« Je vous en prie. Nos coutumes sont usées mais descendent bien le long du pantalon. »

Ni une ni deux, Jean Dulindur tendit deux papiers au Hun.

« Vous vous moquez... Et les autres? ».

« Je n'en ai pas trois. »

« Dessinez le reste. »

« Mon dessein est sombre : je dois être fusillé dans six mois. »

« Peu importe. Je compte jusqu'à quatre, ensuite, passez votre chemin. Mais gare au balles rouillées. Elles peuvent vous infecter comme disait Serge. »

Esquissant un pas de trois, Jean Dulindur poursuivit son chemin.

© 2010-2020 - François Hada