FH

La gauche doit revenir au marqueur de la République

texte publié le 12-07-2020

Au-delà du remaniement de campagne présidentielle 2022 et de quelques prises de guerre spectaculaire mais dans le fond modestes, je persiste à penser que 2022 aura pour axe principal la question républicaine : « quelle République voulons-nous ? » plus que le débat mondialisation vs nationalisme ou mondialisation vs écologie sociale.


Avec les municipales, le PR a vu, plus qu'une vague verte, que même ses élus Larem étaient prêts à Perpignan à rejoindre une liste FN (ayant mal appris la leçon du patron « tout faire pour gagner »), que son socle centriste est instable est peu fiable, voire inexistant. Il est donc allé glaner sur les terres de droites quelques appuis, dépouillant au passage Xavier Bertrand de ses proches.

Mais c'est ne pas comprendre ce qui se passe au niveau du pays. Ce nouveau gouvernement ne tient pas compte de ce qui s'est passé dans le pays (gilets jaunes, manifestations contre les réformes des retraites, crise sanitaire). Si pendant une année, les Français ont « consenti » aux réformes tambours battant, parce que le PR voulait remettre la France en mouvement (en marche) laissant entendre qu'il allait la sortir sa dépression, le consentement n'est plus. J'entends de plus en plus de personnes « prêtes à voter MLP en 2022, c'est à dire dès demain.

Depuis le remaniement, le gouvernement parle et engage des projets et réformes comme s'il avait un septennat devant lui... de fait, la campagne présidentielle pour 2022 a démarré. Il faut démarrer la campagne à gauche aussi, sinon nous n'existerons pas.

Et à gauche, ce n'est pas d'être divisée qui lui fait perdre des scrutins, c'est de s'être éloignée du thème républicain qui lui fait perdre les élections. Et c'est alors qu'elle se divise. Il lui faut revenir à son marqueur, la République, si elle veut avoir une chance d'exister ou ne se pas sombrer.

© 2010-2020 - François Hada