FH

Trump vainqueur en novembre, Biden vainqueur en janvier mais trop tard

texte publié le 14-09-2020

Trump pourrait perdre l'élection présidentielle mais au plus tôt en janvier, après le dépouillement des votes par correspondance. Mais il devrait être en tête des scrutins en novembre, le vote sur place lui étant plus favorable. Or nombre de « démocrates » indiquent qu'ils voteront par correspondance, covid19 oblige.


Dans ce contexte, on peut penser que Trump n'hésitera pas à se déclarer vainqueur le mardi 3 novembre au soir. Adepte du rapport de forces, comme décrit dans mon précédent billet, il annoncera dès le soir du vote sa victoire, poussant Biden à choisir entre rapport de forces dans la durée avec le désordre qui ira avec et capitulation. Il appartient alors à Joe Biden d'être assez solide solide pour lui tenir tête jusqu'au dépouillement des votes par correspondance. Si « par hasard » une crise survenait (violences, épidémies, conflits militaires...), Donald Trump pourrait alors agir en président élu. Il appartient à Joe Biden de ne pas céder à la pression sous l'intitulé de l'intérêt supérieur de la nation et de ne pas concéder sa défaite.

Or les Américains ne veulent pas que se rejoue devant le regard incrédule du monde, l'élection interminable de Georges Bush face à Al Gore. Joe Biden osera-t'il maintenir la pression jusqu'en janvier au risque de passer pour un fauteur de troubles, anti et pro Trump pouvant s'affronter jusque dans la rue?

Rappelons-nous que John Kerry avait concédé très vite face à W Bush, refusant de relancer cet interminable bataille de comptage des bulletins. Trop tendre, John Kerry. Et les Américains veulent que « ça marche ». Quitte à entériner une réélection faussée de Trump.

La « seule » possibilité pour Joe Biden d'éviter ce schéma serait d'obtenir une victoire claire et nette dès novembre, ce qui paraît improbable à ce stade. Joe est trop endormi. Il doit se réveiller. Même en cas d'incertitude en novembre, Donald Trump n'hésitera pas à claironner sa victoire. Et le président sortant met déjà tout en place pour que sa victoire partielle en novembre soit définitive, semant le doute et « habituant » l'électorat à ce déroulement : il évoque déjà les votes du Nevada qui ne seraient pas reconnus et les délais de la poste pour acheminer les bulletins de vote par correspondance... Tout se met en place.

© 2010-2020 - François Hada