FH

La France et le risque d'un effondrement

texte publié le 24-10-2020

Avec la crise sanitaire, la crise économique et sociale à venir, nous n'avons encore rien vu: une crise économique avec une récession de -9% du PIB, un redressement insuffisant faute de confiance dans l'exécutif notamment, une crise de confiance dans l'exécutif justement... 

 

L'exécutif semblait bien frivole en septembre dans un paysage politique vide qu'il pense faire sa force. Maintenant que la pandémie est venue, le pouvoir semble bien dépourvu.

Car la réalité rattrape toujours les discours et les phrases. Et tout ceci sur un gisement social explosif.

Les débats du moment sont régressifs, agressifs, désabusés. Le morcellement de la société dissout l'idée de solidarité. La violence ne sévit pas que sur les réseaux sociaux, l'attentat terroriste islamiste contre cet enseignant, Samuel Paty, est l'un des rappels de la violence qui mine en profondeur la France. Les interventions des forces de l'ordre se multiplient ces dernières semaines, pour stopper des violences conjugales ou des agressions dans la rue, des faits de voie.

Impossible dans ces conditions de prendre le risque d'une « vague » de gilets jaunes. Le couvre-feu nocturne n'est en fait qu'une mesure de maintien de l'ordre avec des forces publiques exsangues qui doivent se concentrer sur des zones plus « chaudes ». Cette mesure ne stoppera pas la pandémie. Un nouveau confinement mi-novembre ou avant est inévitable. Les faillites économiques priveront le peuple de pain. Elles risquent bien de les priver de jeux, avec les faillites des clubs de foot, des spectacles, de tous ces moments de

communion ou ces exutoires. Et l'exécutif qui veut maintenir l'état d'urgence jusque mi-février au moins prend un risque majeur: la sortie de ce confinement-là sera socialement d'autant plus explosif que ce confinement aura duré.

Période difficile donc. Le pays est au bord de l'effondrement.

© 2010-2020 - François Hada