FH

François Hollande s'égare sur un plateau de M6

texte publié le 18-06-2013

François Hollande, j'ai voté pour lui, en 2012. Que ce soit bien clair : s'il se représente en 2017, je voterai à nouveau pour lui. Après le désastre du congrès de Reims, François Hollande a sillonné la France, égrenant ici et là ses idées, construisant peu à peu son projet pour la France. A cette époque, alors que tout le monde pariait sur DSK parce que les sondages disaient que seul lui pouvait battre Nicolas Sarkozy, lui, prenait le temps d'expliquer sa vision de la France. J'ai pu assister à certaines de ses réunions, studieuses, denses, riches... il y évoquait la justice, l'Histoire de la France, la République, la gravité de la crise, ses effets dévastateurs, dressait le parallèle avec le Conseil National de la Résistance, suggérait qu'il y avait une opportunité à saisir, un pacte national à passer avec les Français, pour réarmer notre industrie. Il parlait du rêve français, de la jeunesse...

Puis François Hollande a été pris dans la tornade de communication de sa campagne présidentielle. Il a gagné. Tant mieux. Il a voulu rehausser le curseur présidentiel que Nicolas Sarkozy avait mis au niveau zéro de la politique. Tant mieux. Il voulait que le Président reprenne une hauteur présidentielle. Tant mieux. Il voulait raréfier la parole présidentielle pour la solenniser. Certes. François Hollande a placé le curseur si haut qu'il a quasiment disparu des médias, prenant en retour un " Hollande bashing " totalement injustifié. Car je le dis sans hésiter : la politique menée par François Hollande et le Gouvernement est d'une rare intelligence, répondant avec une grande finesse et équilibre à la brutalité du contexte. 

François Hollande a donc réajusté le curseur. Trop bas ? Mais d'où est venue cette " boîte à outils " ? D'où est venue cette idée selon laquelle " la croissance est un cap ", alors qu'elle n'est qu'un moyen? Les mots pèsent si lourd en politique... Il fallait que le Président de la République dise où il veut emmener la France. Lui qui a pris l'initiative si présidentielle d'intervenir au Mali, il a fallu qu'il aille sur M6 répondre aux questions d'un journaliste trop content de l'accueillir dans son émission Capital : j'y ai écouté pendant deux heures un très bon exposé de sa politique économique...Merci. 

Mais d'avoir participé à cette émission a abîmé la parole présidentielle, l'a banalisée. Nous n'avons pas élu François Hollande pour qu'il nous annonce sur M6 une mesure immobilière, mais pour qu'il nous décrive le pacte avec la Nation qu'il ébauchait avant les primaires, et qu'il met d'ailleurs en oeuvre avec son Gouvernement. 

Je fais un voeu : que cet été, François Hollande profite de ses courtes vacances pour relire ses premiers discours, ceux où il expliquait que son projet pour la France était la démocratie de la réussite. Nul doute que tel est toujours son projet. Mais nous attendons qu'il nous le dise.

1 commentaire

> ajoutez votre commentaire

© 2010-2018 - François Hada