FH

Le petit théâtre politique et médiatique

texte publié le 01-03-2014

Quel est l'événement politique le plus important du moment? D'où vient cette tension qui mobilisent nos médias? Le chômage? La pauvreté? La croissance qui peine à redémarrer? La politique de réforme de notre appareil de production? L'éducation? La décentralisation? L'accueil des investissements étrangers encore un peu timide? La dette? Les déficits? Le choix et la cohérence d'une politique économique et sociale?

Que nenni. Le grand événement politique qui animent petits et grands experts est le remaniement du gouvernement.

Alors le microcosme médiatico-politique bruisse de schémas stratégiques éphémères mais très savants. Chaque trublions y va de sa non phrase qui ne veut rien dire, parce qu'ils ne savent rien, mais qui leur offre une quart d'heure wharolien. Ils ne savent rien et donc racontent tout, histoire d'avoir à peu près raison au moins une fois. Jean-Marc Ayrault sera-t-il confirmé? Quelle est la stratégie de Claude Bartolone? Ségolène Royal revient-elle? Et Martine Aubry? Ah ben non: si le remaniement a lieu avant les municipales, ce sera pas possible. C'est ballot.

Voilà donc le grand événement qui inonde nos médias, mobilisent les plus et les plus spécialistes sur un sujet donc ils ne savent rien. Or seul François Hollande sait, analyse, veut, et décidera quoi et quand.

Nous savons tous aussi que nos amis les médias pourraient consacrer davantage de temps ou lignes aux réformes engagées, au premier rang desquelles mes conférence sociale, le dialogue comme vecteur de mobilisation... Et le socle de cette mutation : l'ANI. On est pour ou contre, mais cet accord est le virage crucial de la politique en France. On ne le dit pas assez. Le gouvernement ne le dit pas assez. Le président ne le dit pas assez. Admettons-le, il serait bien que le gouvernement et surtout le président Hollande soit enfin plus clair et dise où l'on va, pourquoi on y va, de manière à ce que le premier ministre nous explique comment on y va...

Comme quoi, dans le fond, savoir communiquer en politique est une arme majeure. Mais je ne vous apprends rien. 

En revanche, il va être intéressant de voir si ce remaniement annoncé va définir plus clairement une ligne politique réformiste, marginalisant les trublions wharoliens confondant trop souvent gouvernement et congrès de parti, ou, selon la bonne vieille méthode de François Hollande, méthode qui l'a porté au sommet de l'Etat, tenter une fois de plus la grande synthèse entre ce réformisme et le socialisme qui tente contre le cours de l'Histoire la restauration des marqueurs colberto-marxistes perdus en 1989. Quelque chose me dit que l'échéance de 2017 qui arrive comme un bolide est un paramètre important de ce choix pour le prochain quinquennat.

Mais à mon sens, l'avenir de la gauche réside ailleurs. Il nous faut y travailler.

> soyez le premier à commenter ce billet

© 2010-2018 - François Hada