FH

Le sable rose

texte publié le 02-07-2015

Il roulait depuis déjà plusieurs heures dans le désert, s'enfonçant loin dans les sables et les roches roses. Alors que le profil des montagnes apparaissait, passant le long du chemin des crucifiés, il arrêta son camion bleu et en descendit lourdement.

Après une rasade d'eau tiède, il prit la pelle d'une seule main et marcha encore 200 mètres. Puis, jugeant l'endroit suffisamment beau, se mit à creuser. 

Le soleil cognait dur sa nuque et son crâne. Lorsque le trou fut enfin de dimensions suffisantes, profond comme un puit à sec, nappé d'une poussière d'ombre chaude, il s'agenouilla comme d'autres vont prier. Il sortit de sa ceinture un vieux colt et appuya l'extrémité du canon sur sa nuque. L'acier dévorait sa peau. Un dernier souvenir, un dernier soupir. Il pressa la détente et s'effondra sur le bord de sa tombe.

©François Takeshi Hada

© 2010-2019 - François Hada