FH

Vaincre le nihilisme

texte publié le 17-11-2015

Parce que les fous de Daesh appellent de leurs voeux la mort pour eux et pour les autres, parce qu'ils nient donc l'autre, parce qu'ils ne supportent pas la vie, il nous faut penser à nouveau le nihilisme. 

Car ils ne se contentent pas de se nier et de se désespérer de la vie, ils veulent nous nier et nous désespérer. Leur doctrine est celle du désespoir et par là-même, celle de l'injustice. Parce que leur religion se nourrit du sacrifice de l'innocence, elle est source d'injustice.

Et leurs crimes, pensent-ils, sont les sacrifices nécessaires à leur cause, alors que dans le fond, ils tuent parce que la vie qui veut les submerger leur dit combien ils se trompent. Ils tuent parce qu'ils ne supportent pas d'être en tort. Mourir devient leur raison de vivre. Quelle belle contradiction.

Ils vivent donc d'un mensonge, plus facile à entretenir, du moins au début, parce que chaque mensonge est leur moyen de s'apparaitre un temps, jusqu'à ce que l'évidence, la vérité revienne et souligne leurs absurdité. La vérité, elle, aveugle. Elle leur est insupportable. Ils veulent tuer la vérité, ils veulent tuer la lumière.

Nous devons bien entendu dénoncer l'injustice inhérente à ce nihilisme. La dénoncer est indispensable. Mais cela ne suffit pas. Il nous faut aussi consacrer notre vie, notre âme, à la combattre. Il nous faut faire jaillir la vérité de ce nihilisme, de sa doctrine d'injustice, de son mensonge.

Vivre, c'est refuser l'attirance morbide pour le sombre. Vivre, c'est choisir la crête ensoleillée au sommet de la liberté et de la justice. Notre combat est difficile, toujours remis en question, toujours soumis au jugement, mais il est magnifique: concilier liberté et justice. Nous inonderons alors le monde de cette belle lumière chaleureuse qui renverra la négation à la poussière. Faisons triompher l'espoir selon lequel la liberté finit toujours pas vaincre.

2 commentaires

pourquoi la vie est-elle préférable à la mort?

- 12/03/2016 16:33

La vie est-elle un accident dans la mort, ou Darwin nous permet-il de le considérer comme un privilège de continuité humaine?

Caroline - 14/04/2016 22:21

> ajoutez votre commentaire

© 2010-2018 - François Hada