FH

Notre patrimoine est la Terre

texte publié le 15-02-2016

Rappelez-vous... C'était le début des années 1980... Le monde dit occidental croyait que les "Trente Glorieuses" l'avait lancé pour toujours vers une société de progrès. L'Union soviétique et la Chine se réjouissaient séparément de leur avenir radieux. Le Tiers monde devenait le monde émergeait enfin, du moins pour certains pays... En somme, l'avenir appartenait à tout le monde. 


La chute du mur de Berlin, puis les crises économiques et sociales qui ont suivi, et maintenant les tensions guerrières ont fait voler en éclats cette foi en un avenir prometteur. L'avenir est aujourd'hui à l'incertitude, à la peur, et à une certaine désespérance. Avec son lot de souffrances, d'atrocités perpétrées pour regagner ici un peu de terrain, là un peu de puissance...histoire de se protéger autant que faire se peut de ce dépérissement.


L'humanité est toute entière entrée en crise, et la France n'y échappe pas: crise de civilisation, économique... Tout est lu au prisme du déclin social, industriel, des territoires, ou de dégénérescence, de barbarie, de perte de valeur.

Alors que tous les peuples sont liés par un avenir commun, un défi environnemental, des défis terroristes, des challenges économiques, alors que tout nous invite à une stratégie coopérative, chaque pays où société choisit le repli, le cloisonnement, l'isolement...

Le recroquevillement devient le réflexe salvateur au lieu de chercher les fruits de l'ouverture; l'identité nationale ou religieuse nourrit la peur de l'autre, le rejet de l'étranger est préféré à son accueil. Et tous ces retraits viennent de la crainte de voir son indépendance et sa souveraineté économique être débordées. La crise est planétaire parce que nulle part ne surgit d'espérance. La crise planétaire est celle d'une désintégration de l'existant tandis que tardent à surgir les facteurs d'intégration.

Les périls écologiques ou économiques nous logent tous sous le même toit. Nous devrions être saisis d'une prise de conscience collective qui nous souderait. Il nous faut recréer les lieux de rapport de forces sur lesquels nous pourrons nous appuyer pour construire notre avenir. Il nous faut forger dans une opposition de projets une espérance pour tous. Je crois que le rapport de forces se situe autour du capital, pris au sens large... la planète Terre, pour faire court. Ce projet Terre doit être au fondement d'une espérance.

7 commentaires

http://www.humanite-biodiversite.fr/

- 25/02/2016 21:53

"Tous les peuples sont liés par un avenir commun" ... Il faut expliquer cela aux centaines de millions de musulmans radicaux dans le monde par exemple, ils vous expliqueront comment ils voient un "avenir commun" avec les non-musulmans ... Ou avec les chinois ! Vraiment du grand n'importe quoi ce blog .

Jean-Pierre Demol - 01/03/2016 14:59

Je crois que si l'on veut mettre en balance écologie et la finance, il nous faut réfléchir à toutes ses injonctions paradoxales culpabilisantes que nous renvoie les politiques....Un peu comme chers concitoyens consommez made in France, nous avons un plan avec le quatar et la chine...Chers concitoyens, votre voiture pollue, consommez moins, nous nous occupons de subventionner les industries automobiles, et de faire moins cher le plus polluant des carburants : le diesel....etc

Caroline - 02/03/2016 17:48

Les 15 portes containers qui naviguent à travers la planète représentent à eux seuls 20 % de la pollution mondiale et des gazs à effet de serre mondiaux....soit plus que le parc automobile mondiale....
Dois-je vraiment réfléchir, si je pollue avec mon diesel économique?
Vais-je vraiment réussir à me responsabiliser?
Les centrales nucléaire ne seront pas fermée contrairement aux promesses à cause du coût du démantellement, elles seront donc rénovées a annoncé la ministre de l'environnement.....Ok mais si elles sont rénovées, dans dix ans le coût du démantellement sera donc plus cher!

Caroline - 02/03/2016 17:53

Ils me semble donc important avant de parler d'une croissance nouvelle de passer par une phase de "décroissance" en tout cas pour tous les industriels polluant....et des mesures d'injonctions à faire autrement par la législation....
C'est je crois aux dirigeants responsables d'emmener les citoyens vers ce renouveau....et non pas de le terroriser ou de le culpabiliser....partons du principe que le citoyen n'est pas responsable...il n'a que sa fonction de citoyen...
D'ailleurs, il n'a pas les clés en mains il est donc cuistre et par ce biais on ne peut être cuistre et responsable dans tous les sens du terme.
Belle soirée, j'ai très envie de rêver de grands projets....

Caroline - 02/03/2016 18:02

Les lois n'ont jamais été écrite pour protéger l'eau, l'air ou les sols mais la propriété...et si ça changeait? http://www.franceculture.fr/emissions/terre-terre/vers-un-tribunal-international-des-droits-de-la-terre?hash=62b33554-bad4-4a7b-a46e-3976a487ff2e&utm_medium=social&utm_source=facebookpage

Caroline - 02/03/2016 18:06

A transmettre à Madame Royale....les solutions existent hein....Je pense que si moi j'ai trouvé les données par recoupement, je pense qu'elle peut les trouver aussi....

En France, la production d'électricité nucléaire a une part de plus de 80% de l'électricité consommée mais on ne sait pas comment retraiter les déchets, on mesure l'ampleur du risque avec des cata comme fukushima, et nous pouvons muter jusqu'à notre ADN et l'ADN de l'écosystème sans aucune mesure retour.

En France, cette activité est assurée par 58 réacteurs dont plus de la moitié sont des réacteurs qui produisent par an chacun : 6 000 000 MWh.

Il faut savoir qu'une centrale nucléaire est rentable uniquement à 35 % puisque 65% de l'électricité produite sert à faire tourner la centrale elle même, ce qui nous ramène à un taux produit et consommé effectif de 2 100 000 MWh utilisable et consommable par centrale.

Si l'on considère une centrale hydrolique au risque écologique et sanitaire quasi inexistant, force est de constater que le taux de rendement de la centrale est de 85 % pour une production (seulement 15% sert àfaire tourner la centrale elle même) qui va jusqu'à 4 330 000 KWh par an dans les gros cours d'eau comme les fleuves ou à fort débit (le maritime est envisageable ;173 000 pour les plus petits cours d'eau mais les maritimes sont envisageables.) ....ce qui nous ramène à un taux effectif produit ET consommable allant pour les plus gros cours d'eau 3 680 000 KWh par centrale hydrolique .

Au proratat des risques encourus et du taux de rentabilité pondéré à la production qu'est-ce qui nous pousse à rester au nucléaire et à envoyer les gens en Afrique pelleter l'uranium à mains nues?!
Loin d'être une écologiste hypie qui va jusqu'à se rouler dans les parterres de fleurs pour le paysage d'un aéroport, il me semble que des évidences doivent être mises en lumière afin de casser ce cycle qui nous mène tout droit à la catastrophe.
Comment peut-on responsabiliser une population sur ce thème si l'état lui même n'est pas capable de montrer le chemin? Est-ce que les personnes qui se succèdent au pouvoir pensent à autre chose que leur prochain mandat?!
Il y a par exemple en France comme en Europe des lobiistes représentant le Grenel de l'environnement comme Nicolas Hulot, mais aussi homme d'affaires partenaires d'AREVA et EDF dont on peut douter de l'objectivité par la connivence des conflits d'intêrets auxquels ils sont sujets et prête main forte.
Alors Ok, Ushuaïa sent bon, ok c'est trop la mouille d'avoir un mec qui a le pouvoir mais à quand faut-il remonter pour avoir des idéaux dans l'exercice du pouvoir...?
Belle nuit, ou belle journée, et surtout jolis rêves, j'ai très envie de rêver.


Bon sinon il y a un nouveau projet super efficace....énergie solaire ( je ne parle pas des panneaux solaires....) mais bon il faudra dire à la ministre de se renseigner sur sa matière....

Quant au projet ITER centrale à fusion, laissez tombé ça ne donnera jamais rien...cette centrale sous couvert de fonctionner pour une nouvelle énergie ne marchera pas....elle est uniquement bonne pour la recherche...il sera absolument impossible d'y créer de l'énergie sinon d'étudier certains effets qui se produisent dans l'espace.
Je crois parfois que le problème en matière d'exercice du pouvoir est ue nous sommes dirigés par des gestionnaires et non des spécialistes....




Croix de bois, croix de fer, si je mens je vais en enfer!

Caroline - 02/03/2016 18:20

© 2010-2019 - François Hada