FH

La France doit rester une terre d'accueil et d'intégration

texte publié le 16-02-2016

Quelle est cette peur anti-migrants? Des nombres sont brandis et placés sur le podium de l'impossible quantitativement... Puisqu'on vous a dit qu'on ne peut accueillir toute la misère du monde, omettant de préciser qu'il nous fallait prendre notre part, certains en déduisent qu'il est des seuils d'accueil de migrants infranchissables... 


Et bien entendu, ces propos assénés sans nuance, ignorent que peu nombreux sont les êtres humains qui, fuyant la guerre en Syrie ou en Irak, souhaitent s'installer en France. Et ces discours martelés résonnent le plus fortement dans les contrées paisibles de notre beau pays où cette immigration est la plus faible. Ce sont dans ces endroits que les sentiments xénophobes fleurissent.

Mais pourquoi ramener une nécessité, celle d'accueillir l'autre qui souffre, à des indicateurs quantitatifs? Faut-il lire dans cette logique une terrible cohérence avec le réflexe de l'exclusion...de la déchéance? Comme si des cloisons, des parois, des murs allaient nous isoler du fracas du monde.

Accueillir les migrants n'est pas une question de nombre à accueillir, mais des moyens déployés pour intégrer, de conditions d'accueil. Dans quel contexte économique? Avec quels dispositifs d'accompagnement social et éducatif? Ce geste qui devrait être naturel interroge notre approche psychologique de l'autre, notre sentiment politique, c'est à dire d'organisation de la Cité. L'Allemagne n'est pas parfaite, certes, et les arguments calculés plaidant pour un accueil substantiel de migrants existent. Certes. Mais l'Allemagne se dote des moyens nécessaires pour héberger un million et demi de réfugiés, parce que la plupart des résidents d'Allemagne et donc sa classe politique, sont ouverts à cet accueil.

La France a su s'ouvrir aussi au monde...voire parfois de manière par trop "obligatoire"... Et nous savons que l'intégration de migrants nécessite deux générations. C'est en voyant se promener dans la rue les couples dits "mixtes" et quelques enfants métis que l'on peut se dire que l'intégration est en passe de se dissoudre dans la normalité.

Je ne suis pas naïf. L'immigration en France s'est souvent accompagnée de vagues de violence à l'adresse de ces personnes. Tout n'a pas toujours été facile. Mais c'est tout le combat à mener. Notre avenir n'est pas entre nous, mais dans le monde. La question est politique et psychologique...ce qui va ensemble. Quelle est notre ouverture d'esprit tandis que l'avenir est le lieu de nos anxiétés?

C'est en admirant des artistes, des politiques, des intellectuels, des enseignants, des médecins, des ouvriers, des sportifs, des syndicalistes, des militants, des serveurs de café - important ça! -, des vendeurs, des pompiers, des infirmiers, des fleuristes, des soudures, des marins, des architectes, des amateurs de jazz, des informaticiens, des pharmaciens, des parfumeurs, des promeneurs, des flâneurs, des rêveurs, des poètes, des amateurs de vin, des fredonneurs de musique légère, issus de l'immigration, réussir par leur intelligence, que l'on sait que l'intégration fonctionne, pour peu qu'on ne la craigne pas, pour peu que l'on regarde l'autre comme un concitoyen. Je garde ces exemples comme les belles armes contre le dépérissement du socle républicain d'intégration et de notre devise, vous savez: liberté, égalité, fraternité.

6 commentaires

C'est tellement facile de parler de racisme et de xénophobie, tout en refusant de voir la réalité des nombreux problèmes liés à l'immigration légale et illégale, ainsi que son coût réel . Quand à la violence, ne la changez pas de place, ce ne sont pas les migrants qui se font majoritairement agresser, revoyez un peu l'actualité de ses 6 derniers mois ! Vous êtes bien de gauche (voir d'extrême-gauche) pour débiter autant de mensonges et d'user d'amalgames de facilité en guise d'argument ...

Jean-Pierre Demol - 01/03/2016 14:53

Cet édito mériterait d'être actualisé, en particulier sur la comparaison avec l'Allemagne. Sa population ne semble plus guère ( l'a-t-elle jamais été?) portée sur la "Willkommenskultur" et les dangers culturels bien réels semblent l'emporter sur l'utilité de cette immigration encouragée par Mme Merkel pour combler le déficit démographique de l'Allemagne. Je rejoins le commentaire précédent sur la violence: ça fait beau temps que les violences sont subies par les indigènes et non l'inverse! En Allemagne, 130.000 accueillis ont déserté leur lieu d'hébergement et les autorités ne savent pas où se trouvent désormais ces personnes... ça fait peur pour de bon, non? Alors, générosité ou irresponsabilité que cet "accueil" qui n'est en fait que résignation à laisser violer ses frontières et ses règles?

Philippe - 01/03/2016 15:10

L'Allemagne a accueillit en moins d'une semaine autant de réfugiés que la France n'accueillera même pas en un an, c'est dire l'ouverture en France ! (ironie)....Plus qu'une nécessité de ne pas rester inerte devant un devoir humain et d'Homme vis à vis d'une population qui connait des atrocités intolérables si tant et soit peu qu'on soit humain...
L'Allemagne a de mon point de vue fait son autoanalyse sur la seconde guerre mondiale quand en France nous avons du mal à nous souvenir de nos équivalents pétainiste et visiblement du mal à nous décentrer de nous mêmes...
Par ailleurs en Allemagne, population vieillissante avec moins d'une naissance par couple (qui va payer les retraites?), les réfugiés sont vus aussi comme un moyen de dynamiser économiquement le pays....Belle preuve d'ouverture sur le monde et de partage culturel donc...

Mais quand je lis des commentaires comme ceux-ci dessus, je comprends pourquoi les réfugiés de Callais ne veulent pas rester en France mais dont le but est de partir en Angleterre...

Je crois que d'un point de vue éducatif le premier barrage est la langue qui est évidemment le premier point à aborder pour l'intégration et ensuite comment trouver un travail, intégrer les enfants à l'école...

.A force de se marier entre nous le manque de brassage et de divers adn conduit à des tares...Regardez autour de vous...
Moi ça me réjouis de ne pas être dans un pays consanguin.

Caroline - 01/03/2016 15:42

Ne faudrait-il pas intégrer les Français en France en leurs expliquant le concept : liberté, égalité, fraternité?

Les Français ont-ils connus tant de souffrance et d'attrocités pour être aussi hargneux?

Evidement qu'intégrer une population qui a pour maux les pires attrocités, a vu ses familles se faire décimer, assassiner...qui ne connait que le crime et la barbarie, n'est pas facile...Il faut mettre les mots sur des maux...éduquer comme une mère nouricière et réconfortante....
Je suis particulièrement heureuse quand je vois s'afficher un sourire sur un visage humain....
Et tant pis pour les mécontents. Moi j'ai très envie de m'enrichir de l'autre.

Caroline - 01/03/2016 15:56

Et surtout parfois il faut éteindre la télé...Voilà, bonne journée.

Caroline - 01/03/2016 16:02

J'irai même plus loin c'est la diversité qui est le marqueur de La France, c'est ce qui la fait rayonner, fait qu'elle est source de culture et de richesse à travers le monde. La diversité c'est le rayonnement de la France!
Je ne me vois absolument pas dans un pays de consanguins!
Je veux partager de la culture, des richesses....
Et si comme dans toutes les populations il y a toujours un (ou des) cons qui crient plus fort et qu'on remarque ne nous arrêtons pas aux cons ni à TF1.

Caroline - 01/03/2016 16:09

© 2010-2019 - François Hada