FH

Les derniers jours de la République 1. Le jour où le Président Desflandres renonça à candidater à sa succession

texte publié le 29-02-2016

Chapitre 1


Le convoi du Président était sur le départ. Mais comme à son habitude, lui, était en retard. Un dernier coup de fil, avec le secrétaire général de la Fédération des Exploitants Agricoles de France (FEAF), pour régler la visite du salon de l'agriculture. Une corvée, une pénitence. "Des agriculteurs en colère contre nous alors qu'on se bat pour leurs subventions..." disait souvent son ministre de l'agriculture. Ça ne pouvait que mal se passer. Forcément. Les médias étaient toujours là pour enfoncer des clous. La France était mécontente, furieuse même.

- Vous serez à mes cotés...

- [...]

- J'ai besoin du symbole...

- [...]

- Je comprends...

"On va être en retard" bougonnait l'officier de sécurité... quand soudain vibra dans son oreillette "Vega en partance!" Le Président s'engouffra dans la voiture. Claquements de portières. Les véhicules partirent en trombe.

Très concentré, le Président tapotait des SMS sur son iPhone... Puis appela l'Elysée : "Pierre? J'ai pris ma décision. Je ne vais pas à l'échec. [...] Non, non... [...] Ce n'est pas souhaitable. Ce serait la fin. [...] Oui. C'est ça, à tout l'heure."

Et il raccrocha.

Pierre soupira.

- Alors...?

- Il n'y va pas... Il va falloir soigner son annonce...

- Tu y crois?

- Pas vraiment... Je ne sais pas... Gaston, préparez-moi quelque chose...

Chapitre introductif... 

Chapitre suivant...

© 2010-2020 - François Hada