FH

10-10-2018

Le jeu du premier ministre

« Macron n'a plus personne, il est à poil » déclare courageusement un ministre anonyme au sujet de ce remaniement qui a mis un temps interminable à se dénouer. Et si c'était le cas, si le président commençait à manquer de vivier politique...? On ne peut pas former un gouvernement uniquement de technos, non? Si?

Les yeux rivés sur les élections européennes, une échéance qui pourrait lui permettre de se « refaire » un peu, le président doit aussi avoir un oeil sur son premier ministre.

lire la suite2 commentaires

06-10-2018

Montée des populismes: le débat est-il verrouillé pour 2022?

Le mini-remaniement gouvernemental prend de plus en plus la forme d'un remaniement profondeur. Comme lors du quinquennat précédent, le second souffle était prévu après les européennes... mais la politique a de nouvelles règles que les élus ne saisissent pas et précipitent leurs décisions.


Le peuple, les peuples se sentent dépossédés, et veulent s'asseoir à nouveau à la table des décisions.

lire la suite1 commentaire

24-08-2018

Le travail dominical et le numérique

Alors que la majorité veut relancer le débat sur le travail dominical, faisant surgir ici et là des arguments en faveur (au nom de la liberté individuelle) ou contre (défense des acquis sociaux), il y a fort à penser que le sujet soit ailleurs.

"Pour ou contre l'ouverture dominicale des hypermarchés" est-il encore un débat d'actualité alors que les GAFA bouleversent déjà les usages d'achat, ne serait-ce qu'en abaissant les prix (coût de stockage plus faible...puisqu'ils ne stockent rien) et sont ouverts, eux, 24H/24 7J/7 dans le monde entier?


Travail dominical ou pas, les métiers de la distribution vont évoluer, ou plutôt, vont disparaître pour la plupart...

lire la suite3 commentaires

24-08-2018

La liberté individuelle, cheval de Troie de la privatisation de l'Etat providence

La justice sociale est née avec l'idée de cohésion sociale, ou comment s'assurer que chaque individu adhère au projet collectif et donc comment stabiliser le cadre social. Laisser le capital se concentrer entre les mains de quelques uns est non seulement injuste mais aussi dangereux pour la Cité. Tôt ou tard, ceux qui ont trop peu demanderont que la richesse soit redistribuée. Plus ou moins violemment. 


Autrement dit, il n'y a ni paix durable ni cohésion sociale sociale sans justice sociale. Et là où se trouve la pauvreté réside le risque de révolte et de guerre. La pauvreté de quelques uns est en soi une menace pour la prospérité de tous les autres. Le bon dosage entre administration publique et marché, entre liberté d'entreprendre et cadre social stable via la redistribution partielle de cette richesse, sont le fondement commun de toute politique d'une nation démocratique. 

Le projet libéral ou néo-libéral conteste cet équilibre.

lire la suite4 commentaires

05-08-2018

La fin de la sécurité sociale ou le nouvel Etat

Quand les plus riches sont exonérés de toute obligation et que les prélèvements obligatoires n'apportent guère aux plus pauvres (pas de droit au chômage, à la santé, à la retraite), que reste-t-il de la solidarité ?


La question n'est-elle pas: « qu'est-ce qui dysfonctionne? »

lire la suite1 commentaire

19-03-2017

Météo du populisme: orages partout en Europe

Quand la marée monte, les plus vieux rafiots redeviennent des navires de guerre. La défaite de Wilders aux Pays-Bas doit-elle rassurer

Les Pays-Bas, pays fondateur de l'UE, sont des perdants de l'élargissement de l'UE.

lire la suite13 commentaires

16-02-2017

Dire le rôle de la France dans le monde tel qu'il est...

Il faut cesser de craindre le monde, et dire ce qu'il est, le dire tel qu'il a changé. Il ne faut pas dire en quoi la France doit s'adapter à ce monde, mais expliquer le rôle de la France dans ce monde

Il faut ne plus s'accrocher avec nostalgie à une grandeur passée, mais au contraire accepter un retour sur notre passé, pour mieux avancer.

lire la suite4 commentaires

30-12-2016

La justice et l'égalité dans le monde tel qu'il est

Dans le fond, l'idée que l'État passe la main au monde donc aux marchés gêne la gauche plus que la droite, les républicains plus que les démocrates. 

Car dans ce monde très libre, l'individu doit prendre des décisions en conscience et au regard des informations à sa disposition.

lire la suite3 commentaires

© 2010-2019 - François Hada