FH

08-08-2018

On est foutus, on ne sait plus parler, on ne sait plus penser

 Lorsque l'image prend la place des mots, que les émotions se substituent aux raisonnements, c'est bien que notre société, nos sociétés vont mal.


Lorsque l'on est tenu de tout dire en 280 caractères, que les mots deviennent emoji, oubliez la subtilité des idées, oubliez la complexité des textes. Pas le temps. Pas assez d'émotions.

lire la suite4 commentaires

06-08-2018

L'information est-elle morte?

On peut se désespérer à l'envi de ce que les journaux, télévisés ou papiers et maintenant électroniques, ne font plus leur travail: ils ne sont plus au niveau. Ils n'informent plus, ils divertissent. Il ne manquerait que le pain à ces jeux...


Qu'est-ce que donc l'information? Une masse de données collectées, qui abondent, débordent, submergent, affluent, dégoulinent. Il appartient aux professionnels et aux non professionnels d'en faire un objet abouti. Comme si l'on donnait un bloc de marbre au sculpteur. A lui d'en faire surgir une forme sublime. L'entéléchie est-elle la force qui transforme l'objet brut des données en un objet second, fini ou travaillé, l'information?

lire la suite1 commentaire

30-04-2017

Le discours populiste, guet-apens nationaliste

Les exemples du nationalisme, nous les connaissons. Le nationalisme porte plusieurs noms. Chacun de ces noms exprime tout un ordre de faits et d'idées. Le nationalisme s'est appelé le Vel d'Hiv ou Affaire Dreyfus, en ce que ces repères ont porté la volonté de détruire ceux que les nationalistes haïssaient au point de vouloir leur souffrance, leur humiliation, la négation de ces personnes, leur annihilation. 

Le nationalisme s'est appelé le colonialisme, dans ce qu'il véhiculait de mépris à l'égard de l'autre, sans vouloir nécessairement le détruire, mais à tout le moins, l'exploiter, le rabaisser, lui imposer ses normes, le maintenir à un rang inférieur ; il s'appelle aujourd'hui le Frexit : la peur de l'autre, du monde tel qu'il est, conduirait à l'isolement, le rejet, la fermeture. Ces trois repères du nationalisme portent en germe l'affrontement, la guerre, la destruction.

lire la suite1 commentaire

16-02-2017

Dire le rôle de la France dans le monde tel qu'il est...

Il faut cesser de craindre le monde, et dire ce qu'il est, le dire tel qu'il a changé. Il ne faut pas dire en quoi la France doit s'adapter à ce monde, mais expliquer le rôle de la France dans ce monde

Il faut ne plus s'accrocher avec nostalgie à une grandeur passée, mais au contraire accepter un retour sur notre passé, pour mieux avancer.

lire la suite4 commentaires

21-01-2017

Shakespeare in Politics

Brutus? Ce parallèle me semble bien insuffisant, car relevant notamment d'une légende grossière, infondée (il n'était ni le fils naturel ni le fils adoptif de César), selon une histoire de complot par trop simpliste. Il n'y a pas de fils ou fille en politique, il n'y a que les rapports de forces.


Pour réfléchir au pouvoir, les pièces de Shakespeare et les tragédies d'Eschyle ou d'Euripide me semblent en dire tellement plus.

lire la suite

03-01-2017

2017, bienvenue dans le monde tel qu'il est

Il est une théorie selon laquelle un siècle commence toujours en retard sur son calendrier. Malgré ce refus répété de se plier à des dates édictées par l'être humain, chaque siècle prend son élan depuis quelques siècles tous les cents ans. Le XVIIIème siècle serait né avec le décès de Louis XIV en 1715, le XIXe siècle aurait surgi en 1815 à Waterloo, le XXe siècle aurait pris son élan dans l'horreur de la Grande Guerre en 1914.


Le XXIème siècle serait-il donc né dans les décombres des Twin Towers en 2001 ? Ou en 2008 avec la crise des subprimes ? Ou avec les printemps arabes de 2010-2011 ? Ou l'élection de Donald Trump en 2016 ? La dernière hypothèse doit être comprise comme le révélateur d'un malaise mondial, Brexit y compris.

lire la suite1 commentaire

18-03-2016

L'économique est une question morale

La chute du mur de Berlin n'a pas mis fin à l'Histoire, pas plus qu'elle n'a pas permis d'écrire une synthèse politique. Elle a ouvert la voie à une nouvelle mondialisation et, paradoxalement, un abandon de réflexion politique globale au profit à de revendications et des combats segmentés, fondés sur des fragments identitaires ou l'appartenance à des groupes d'intérêt : identités sociales, défense des sans-papiers, obédiences diverses, lutte contre les OGM, contre la précarité du logement, appartenances ethniques, valorisation d'autres critères identitaires, etc.


L'écologie, malgré son potentiel politique pour repenser la Cité grâce au développement durable, a pour champ d'expression l'Europe, et a été plus ou moins pleinement reprise dans les projets des autres partis.

lire la suite1 commentaire

15-02-2016

Notre patrimoine est la Terre

Rappelez-vous... C'était le début des années 1980... Le monde dit occidental croyait que les "Trente Glorieuses" l'avait lancé pour toujours vers une société de progrès. L'Union soviétique et la Chine se réjouissaient séparément de leur avenir radieux. Le Tiers monde devenait le monde émergeait enfin, du moins pour certains pays... En somme, l'avenir appartenait à tout le monde. 


La chute du mur de Berlin, puis les crises économiques et sociales qui ont suivi, et maintenant les tensions guerrières ont fait voler en éclats cette foi en un avenir prometteur. L'avenir est aujourd'hui à l'incertitude, à la peur, et à une certaine désespérance. Avec son lot de souffrances, d'atrocités perpétrées pour regagner ici un peu de terrain, là un peu de puissance...histoire de se protéger autant que faire se peut de ce dépérissement.


lire la suite7 commentaires

© 2010-2019 - François Hada