FH

07-08-2018

Sortir des pitreries médiatiques, renouer avec les débats

Un gouvernement qui doute n'agit pas. Il peut arriver au pouvoir porté par un projet. Si le doute l'assai Au moment de l'émettre en oeuvre, sous diverses pressions, il échoue alors. Ainsi, si la doctrine économique sème le doute sur ce qui serait juste, la règle économique s'imposera et fera échouer ce qui devait être juste. « Dans le doute, abstiens-toi ».


Ainsi, il fallait séparer les activités bancaires en deux parties: celles qui relèvent de la banque de détail de celles qui relèvent de l'investissement financier. Mais voilà: sous diverses pressions, au nom du monde nouveau, au nom de la réalité, au nom du monde tel qu'il est selon les bienheureux de la mondialisation, jusque dans le gouvernement, le doute s'est installé. « Ne va-t-on pas trop loin? » « Soyons prudents » Résultat ? Le gouvernement a renoncé, contre toute raison, contre toute logique.

lire la suite1 commentaire

19-03-2017

Météo du populisme: orages partout en Europe

Quand la marée monte, les plus vieux rafiots redeviennent des navires de guerre. La défaite de Wilders aux Pays-Bas doit-elle rassurer

Les Pays-Bas, pays fondateur de l'UE, sont des perdants de l'élargissement de l'UE.

lire la suite13 commentaires

28-11-2016

La fin de l'État tel qu'on le connaît

Si l'offre politique est si faible, défaillante même parfois, si les partis et les individus politiques s'entre-déchirent sous nos yeux, pour le plus grand bonheur des médias, c'est qu'ils ne savent pas ce que dit le pays...

sauf un parti qui a pris le temps, lui, de tisser son réseau territorial au plus près des gens...

lire la suite1 commentaire

25-06-2016

Brexit : et maintenant, l'Europe politique

Les Anglais ont la gueule de bois. Déjà...


Ils ont choisi de quitter l'Union européenne, parce que les perdants, dépossédés, abandonnés, étaient plus nombreux que les gagnants, les vainqueurs de la mondialisation heureuse...

lire la suite

18-03-2016

L'économique est une question morale

La chute du mur de Berlin n'a pas mis fin à l'Histoire, pas plus qu'elle n'a pas permis d'écrire une synthèse politique. Elle a ouvert la voie à une nouvelle mondialisation et, paradoxalement, un abandon de réflexion politique globale au profit à de revendications et des combats segmentés, fondés sur des fragments identitaires ou l'appartenance à des groupes d'intérêt : identités sociales, défense des sans-papiers, obédiences diverses, lutte contre les OGM, contre la précarité du logement, appartenances ethniques, valorisation d'autres critères identitaires, etc.


L'écologie, malgré son potentiel politique pour repenser la Cité grâce au développement durable, a pour champ d'expression l'Europe, et a été plus ou moins pleinement reprise dans les projets des autres partis.

lire la suite1 commentaire

14-03-2016

La démocratie sociale, seule alternative au libéralisme

La gauche est en crise. Au-delà des rivalités de personnes et des petits calculs politiciens, cette crise révèle l'incapacité de la gauche à fonder ses nouveaux marqueurs politiques et à assumer son rapport à la réalité.

La gauche est une mosaïque dont chaque élément exerce un rapport de forces avec les autres composantes de cet ensemble: l'extrême gauche cherche toujours à intimider le gouvernement, la gauche écolo a bien du mal à trouver son développement durable, le président tente de gouverner dans un cadre démocratique. 

lire la suite13 commentaires

18-02-2016

Là où nous conduit la logique du pacte de sécurité

Le terme de sécurité structure nos débats politiques: terme nécessaire, car l'Etat se doit de nous protéger. Ainsi, le rapport de l'État à la population repose sur un pacte de de sécurité. 


Et ce pacte évolue.

Jadis, l'Etat garantissait la paix contre l'ennemi extérieur: il garantissait ainsi, contre le respect de son autorité, la possibilité d'une prospérité à l'intérieur d'un territoire donné. 

lire la suite1 commentaire

14-06-2013

L'économique est une question morale

La chute du mur de Berlin n'a pas mis fin à l'Histoire, pas plus qu'elle n'a pas permis d'écrire une synthèse politique: elle a ouvert la voie à la mondialisation et, paradoxalement, un abandon de réflexion politique globale au profit à de revendications et des combats segmentés, fragmentés, morcelés, fondés sur des fragments identitaires ou l'appartenance à des groupes d'intérêt : identités sociales, défense des sans-papiers, obédiences diverses, lutte contre les OGM, contre la précarité du logement, appartenances ethniques, valorisation d'autres critères identitaires, etc. L'écologie, malgré son potentiel politique pour repenser la Cité grâce au développement durable, a pour champ d'expression l'Europe, et a été plus ou moins pleinement reprise dans les projets des autres partis.

lire la suite

© 2010-2018 - François Hada