FH

30-03-2021

Gauche et République universaliste ont un avenir commun

La gauche française a parfois du mal avec l'idée de République. L'une n'implique pas toujours l'autre. Et réciproquement. Les deux champs sont différents, que ce soit d'un point de vue historique ou symbolique. N'oublions pas que la gauche n'a apporté ni la démocratie ni la République en France. Certes, certains diront que la division entre droite et gauche date de ce qui s'est passé le 28 août 1789 au début de la discussion sur la constitution, sur la question des pouvoirs du roi et du droit de veto.

Les partisans d'un droit de veto absolu (les deux tiers) se sont regroupés à la droite du président de l'Assemblée et ceux qui le voulaient juste suspensif se disposèrent sur son côté gauche. Ce serait la naissance de la droite et de la gauche avec une gauche très minoritaire. Mais ce clivage relève plus de l'arrangement français que d'un élément marxiste qui fonde la gauche ailleurs dans le monde.

Au cours de son histoire, la gauche s'est souvent ralliée à la République : affaire Dreyfus, antifascisme du Front populaire, résistance à l'occupant allemand nazi, et ce, dès lors que la Démocratie était en danger, comme sous Vichy. C'est pourquoi la République a accueilli au Panthéon Jean Jaurès et Aimé Césaire.

lire la suite

27-03-2021

Que veut-on faire de l'Etat?

La République, où le pouvoir est exercé par des personnes élues, est l'autre singularité française : la France est d'abord un État-nation républicain qui prône la Liberté, l'Égalité et la Fraternité. La République est indivisible, laïque, démocratique et sociale.


La démocratie signifie que le peuple détient le pouvoir. Dans les faits, le peuple exerce son pouvoir en désignant ses représentants, qui détiennent le pouvoir exécutif et législatif. Les citoyens ont le droit de vote et peuvent ainsi élire le président de la République, les députés, le conseil municipal, et autres représentants locaux.

La France est un État laïc depuis la loi de 1905 de séparation des Églises et de l'État. Cette loi affirme que l'État ne reconnaît, ne salarie et ne subventionne aucun culte. Autrement dit, l'État n'a pas de religion officielle comme sous l'Ancien Régime, ne paye pas les hommes d'Église et ne donne pas d'argent aux religions. Pour la population, cela signifie que chacun peut avoir une liberté de culte, de croyance, de conscience.

lire la suite

22-03-2021

L'État précède la nation

Nous devons replacer la France sur sa trajectoire historique. Quelques errements néolibéraux lui ont fait prendre des chemins de traverse. Aucune réforme, aucun progrès ne sera possible sans renouer avec ce qui fait la France, sans l'idée républicaine de la nation au fondement du pays. 

Et parce que les dégâts du néolibéralisme sont considérables, parce que les inégalités qui sont inhérentes à cette idéologie sont inacceptables et incompatibles avec nos principes républicains, il faut remettre à l'ordre du jour une politique de réduction des inégalités, une politique de gauche.

lire la suite

27-07-2020

La République versus l'Etat néolibéral

2022 ne doit pas se jouer entre l'Etat néolibéral et les réactionnaires du FN/RN. Là n'est pas la question, là n'est pas le débat qui traverse la France. C'est l'Etat qui a forgé la nation française, pas l'inverse (comme dans d'autres pays). 


lire la suite

20-07-2020

Laurent Joffrin : opération vaisseau fantôme

Un de plus. Laurent Joffrin, en difficulté à Libération, crée son mouvement pour réhabiliter la gauche. Un mouvement forcément ambitieux et qui dépasse le PS. 

 

On y retrouve des thèmes déjà avancés par d'autres créations plus ou moins ad hoc: écologie, questions sociales. Rien de nouveau sous le ciel de gauche. Laurent Joffrin appelle comme d'autres au rassemblement. C'est donc que l'idée fait son chemin. 

lire la suite

19-07-2020

L'Histoire et la République à l'épreuve du monde

Dans un monde ouvert, mondialisé, l'Histoire est un facteur d'exclusion. Comment parler des croisades ou de l'esclavage sans exclure du récit une partie des lecteurs ? Comment poser la question de la République et de ses valeurs sans entrer dans la contradiction de la situation des femmes et des colonies ? Il faut tenter un récit commun mais celui-ci est vulnérable par construction aux critiques légitimes ou pas.

Le danger est de faire de l'Histoire une narration de faits au service d'un message médiatique, sans nuance, binaire, clivant. C'est plus vendeur ainsi. Et les médias ont besoin d'argent.

 

L'Histoire est impitoyablement traversée de faits aux ambages troublants et qui éloignent d'un récit lisse et sans ambiguïté.

lire la suite

13-07-2020

Police Justice et Liberté

Sommes-nous des victimes de la police ? Des dominés sujets à une violence aveugle et délibérée des forces de l'ordre ? Il y a bien entendu ici-bas des personnes opprimées. Oui, il y a des dérives policières, des bavures, des actes condamnables. Oui, il y a des policiers racistes.


lire la suite

12-07-2020

La gauche doit revenir au marqueur de la République

Au-delà du remaniement de campagne présidentielle 2022 et de quelques prises de guerre spectaculaire mais dans le fond modestes, je persiste à penser que 2022 aura pour axe principal la question républicaine : « quelle République voulons-nous ? » plus que le débat mondialisation vs nationalisme ou mondialisation vs écologie sociale.


lire la suite

© 2010-2021 - François Hada